Hesdin un marché qui génère de l’incompréhension

Nous tenons à notre marché !

Ainsi que les marchands présents au long de l’année.

Il est actuellement limité à dix bans, espacés de dix mètres, sur directive de la Sous-préfecture ou de la Préfecture ?

Également confiné sur deux rues, pour en faciliter les contrôle, ce qui est logique, quoique la rue Daniel Lereuil ou de la Paroisse auraient pu être incluses.

10 marchands ?

Une limite difficile à gérer.

Qui le sera par un tirage au sort, si j’ai bien compris ce que j’ai entendu ce matin, de la part de la gestionnaire du marché.

C’est à dire que les marchands sont en porte-à-faux.

Pourrai-je venir jeudi prochain ?

Comment fais-je pour gérer mon stock afin de satisfaire ma clientèle et ne pas avoir de pertes ?

Il en est de même pour la clientèle qui, pour la plupart, ont leurs préférences ou affinités avec tel ou tel producteur ou commerçant.

Je ne cherche pas à minimiser ou dénigrer des mesures nécessaires en ce temps de crise mais ?

Alors que la ville d’Hesdin nous conseille sur son site d’acheter “local”, elle semble vouloir nous orienter vers les “grandes surfaces”.

Traitant le marché comme un service, qu’elle offre alors qu’elle s’en “passerait bien” !

“Grandes surfaces”, à l’échelle d’Hesdin, en lesquelles les rayons ne sont pas espacés de 10 mètres, ni limités en nombre…

“Grandes surfaces” en lesquelles chacun touche, palpe et laisse son ADN sur les produits frais et autres légumes, fruits qui, à mon étonnement, proviennent toujours de l’étranger…

Alors ?

Je sais que ce n’est pas facile à gérer, qu’il aurait été simple de ne pas autoriser le marché mais ?

Si on le fait, on ne le fait pas à moitié !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.