Les lectures de Martine : Déconne pas Matthieu

 

Matthieu Demoncheaux, l’auteur,

a eu une forme « grave » de la grippe H1N1.

 

Ce livre est-il une éloge du nombrilisme ?

De l’égocentrisme ? Une recherche d’attention ?

 

J’étais curieuse de lire ce livre, que l’on présente comme étant le témoignage crucial d’une personne qui a passé quelques mois dans les limbes de la Vie.

J’ai été déçue.

Je m’attendais à davantage de profondeur…

Je n’ai trouvé qu’un récit, dialogue maladroit, ne développant l’essence d’une résurrection qu’en quelques expressions, impudique, tentant de mettre l’auteur en valeur avec l’aide de témoignages, entre autres…

Il est certain que des lecteurs, adeptes du voyeurisme, seront comblés. Matthieu Demoncheaux dévoile tout, y compris sa famille, ses amis.

Je n’ai pas comptabilisé mais le terme « Ami » est celui le plus utilisé dans ce livre.

A-t-on réellement des Amis lorsque l’on considère que toute personne qui nous est utile est un(e) Ami(e) ? C’est un peu ce qui ressort de cet ouvrage.

Cette critique va à l’encontre de toutes les autres ?

Elles ne peuvent pas toutes être positives. Sourire

Matthieu Demoncheaux est né en 1977 à Hesdin, village des 7 Vallées, dans le Pas de Calais.

Il contracte le virus H1N1 en 2010 et sombre dans un coma qui durera plus de deux mois…

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires