Les lectures de Martine : Les Pinderleots de l’Castafiore

A la fin du siècle dernier, Casterman a publié les « Bijoux de la Castafiore » en Picard.

Édition de 1980 en picard tournaisien, ou ch’ti, des « Bijoux de la Castafiore ».
Publié à l’occasion du Bicentenaire de Casterman. Il comporte une introduction de Lucien Jardez, traducteur, en début d’ouvrage et un glossaire des mots picards sur deux pages en fin d’ouvrage.

Axtérix, pour son 45ème anniversaire, en 2004, a également été traduit en plusieurs « langues française dont le Ch’ti.

Dans le Nord, on dit « patois », contrairement au Breton, l’Occitan, pour citer les plus célèbres, qui sont considérés comme des « langues ».

Qu’est-ce que le patois du Nord ?

Nous pensons Ch’timi, surtout depuis « Bienvenue chez les Ch’tis ».
Pourtant, de la Belgique à la Picardie, la langue change.
Et, contrairement au Breton ou à l’Occitan, on le parle beaucoup à la maison et dans la rue.
La patois du Nord est considéré comme le langage du petit peuple, des pauvres, voire illettrés…
Mais ? Gens du Nord et d’ailleurs, allez au Québec ! En dehors de leurs anglicismes, de termes de vieux Français, de François, phonétiquement parlant, quelques pointes d’accent du Sud de la France, les Québécois ont un parlé très proche du notre, dans les Hauts de France.
Ce patois, qui était interdit lorsque j’étais assise sur les bancs de la communale, près de Daniel, mon amoureux, qui était alors fier de dire que j’étais sa « Poule », revient maintenant dans les classes…

Il semblerait que le Picard ait été, autrefois, une langue littéraire.

Au moyen-âge, selon Jacques Landrecies .
Jacques Landrecies soulignait que « les langues régionales constituent sans conteste une des réalités culturelles les plus méconnues de notre pays », ces langues que nombre d’esprits préfèrent nommer « patois » ou « dialecte », façon de disqualifier les littératures dont elles sont le vecteur. Source Revue du Nord

Notre patois, en dehors de quelques publications contemporaines, parfois maladroites, n’est que parlé. Il est difficilement « écrivable ».
Telle cette citation de Wikipidia : « Jacques Landrecies (1949-2013) l’est défuncté in jinvié 2013. Ch’étôt un Moaite d’conférinches in tchulture et pi langue régionales à l’Univarsité d’Lile3. Il étôt un éspécialisse éd litérature picarte. ».
Il demeure cependant une langue vivante.
Tiens ? J’ai utilisé le terme « langue »…

Qui a regardé cette série en 4 volets : « Petit Quinquin » ?

Réalisée par Bruno Dumont. Elle a été diffusée sur Arte les 18 et 25 septembre 2014.
La série a été sélectionnée à la Quinzaine des réalisateurs lors du festival de Cannes 2014.
Elle a été sujette a polémique, très certainement parce que décalée, fantaisiste, un second degré qui n’a pas été saisi, les Boulonnais se sont sentis défavorisés.

Ou, bien sûr, « Bienvenue chez les Ch’tis », qui a fait un tabac mais a soulevé quelques indignations parmi les gens du Nord à sa sortie.
Il a fait un tabac, ce qui a calmé les esprits.
Pardon, j’ai utilisé le terme « tabac » alors que la publicité pour les cigarettes est interdite !

La France a découvert un Nord différent, loin des préjugés des gens du Sud.
« Quand on vient dans le Nord on braie 2 fois : quand on arrive et quand on repart. »
Line Renaud n’était pas trop crédible, mais c’est un détail.

Transcrire les bulles d’une bande dessinée en patois ?

Mission réussie pour les « Pinderleots de l’Castafiore » !
C’est du Picard, de la région de Tournai. Ce Picard est maintenant enseigné en IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres).

De nombreux spectacles sont maintenant offerts en Picard.

Qui n’a pas écouté Ch’Guss, comique patoisant, qui a créé son personnage dans les années 50 ?
Article à lire dans l’écho des 3 baies.

Alphonse et Zulma, Simons, Jules Julot, le théâtre de marionnettes « Chés Cabotans d’Amiens » et, beaucoup d’autres.

Le patois du Nord n’est donc pas mort !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *