Aix en Issart

Les deux mots Aquae et Sartum rappellent l’origine de ce village, qui s’établit sur l’emplacement d’un bois défriché ou essarté près de la petite rivière du Bras d

Description

Les deux mots Aquae et Sartum rappellent l’origine de ce village, qui s’établit sur l’emplacement d’un bois défriché ou essarté près de la petite rivière du Bras de Brone.

L’abbaye de Sainte-Austreberte de Montreuil y exerçait des droits impotants. Le marquis de Mailly, époux de Jeanne de Monchy-Montcavrel, seigneur d’un fief situé à Aix, étant mort en 1680, sa veuve prétendit faire sonner les cloches pendant un mois ; mais l’abbesse, Madeleine de Gouffler, s’opposa, par acte signifié au curé, à la sonnerie prolongée du trépas qui constituait l’une des prérogatives des supérieures de son monastère.

Aix-en-Issart est la patrie de Jacques Vainet, qui fut abbé de Saint-André-au-Bois de 1581 à 1606, et de Jean de Beaurain, célèbre géographe, élève de Pierre Moullart Sanson, mort à Paris en 1671. Faut-il attribuer à Aix-en-Issart ce seigneur d’Aix, François de Resty, qui fut chargé de négocier la capitulation de la ville de Boulogne en 1544, et cet autre : Hélenus de Aquis de communiâ Hisdinii, qui s’associa à la fortune de Renaud, comte de Boulogne, contre Philippe Auguste ?

Hameaux et lieu-dit

Hurtebise, Rue des Juifs, Les Routis, fief de vingt-huit journaux à Ays-en-Ihart, appartenaient à l’Hôtel-Dieu de Montreuil en 1475, par suite de la donation de noble dame Jehanne de Sains, veuve du sire de Fromessent. Ce fief relevait de messire de Gourtebonne, seigneur de Quatre- vaulx.

Archéologie

L’église, patron saint Pierre, bâtie dans le cours du dernier siècle, n’offre rien de remarquable. Le clocher porte la date de 1741.

<< Retour a la liste