Givenchy-le-Noble

Ce village existait à l’époque de la domination romaine. On y a trouvé des sépultures et des médailles.

Description

Ce village existait à l’époque de la domination romaine. On y a trouvé des sépultures et des médailles.

Le pape Adrien II, en 1158, confirme la dîme de l’autel de Givenchy à l’abbaye de Saint-Éloy. (A. de Cardevacque, Histoire de Saint-Éloy, p. 199). En 1214, des difficultés survenues entre l’abbaye et les églises de Givenchy et Lignereuil sont réglées par Robert, évoque d’Arras.

La collation de la cure appartenait à cette abbaye.

Hellin de Juvency. (Bulletin des antiq. de la Morinie obituaire de la cathédrale d’Arras), puis un sire Broard, chevalier, à qui appartenait, en 1273, son château-fort (Le P. JIgnace) paraissent avoir été dans cette seigneurie les prédécesseurs des comtes de Saint-Pol, seigneurs d’Aubignv, qui en ont été plus tard les maîtres.

Supplicia de Juvenci, donne quelque part d’héritage à l’abbaye de Saint-Éloy, en 1509. (Chartes de Saint-Éloy)

La famille de Beauffort possède ensuite cette terre. Pierre, seigneur d’Habarcq et Givenchy tenait ce domaine de ses ancêtres. Il mourût en 1563. Plus tard, Marie d’Habarcq la porta en mariage à Gilles de Lens, qui la transmit à Marie, sa fille, mariée au comte d’Egmond. Elle passa de cette maison dans celle de Sainte-Aldegonde. Maximilien de Sainte-Aldegonde, baron de Noircarmes, gouverneur général d’Artois, était seigneur de Givenchy, au commencement du XVIIè siècle, sa fille fut alliée à un seigneur de la Hamal, dont aussi la fille porta par mariage la terre de Givenchy, à Pierre-Eugène de Gavres, marquis de Sceau ou d’Aisseau, domicilié au pays de Liège, lequel la vendit en 1676, à M. de Lélès. (Le P. Ignace).

François de Lélés, son fils, receveur général des finances d’Artois, reconstruisit le château sur l’emplacement du vieux manoir. Son fils Michel lui succéda en 1726. La terre fut possédée ensuite par M. de Taffin et après la Révolution elle devint la propriété des comtes de Tramecourt.

Archéologie

Un ancien château-fort avec deux tours abritait les seigneurs de ce village. C’est sur son emplacement que M. de Lélés éleva le beau château que l’on voit aujourd’hui.

Une église à trois nefs, couverte d’ardoises, possédait de beaux vitraux peints des XVè et XVIè siècles. Elle fut détruite au siècle dernier. (Le P . Ignace).

Sainte Brigitte, patronne de Givenchy, est en grande vénération dans le pays et sa neuvaine est l’objet d’un pèlerinage très suivi.Les habitants de la contrée professent toujours une dévotion particulière aux saints protecteurs de leurs intérêts matériels.

S’il arrivait qu’un chariot versât sur le territoire de Givenchy-le-Noble, on ne pouvait le relever sans la permission du seigneur, sinon il y avait amende de 60 sols. (Roger. Biblioth. historique).

<< Retour a la liste