Maninghem

Maninghem est situé sur une hauteur d’où l’on découvre une grande étendue de pays : la mer, vers Étaples ; la forêt de Fauquembergues, au Nord et les plaines de Buires-le-Sec, au Midi.

Description

Maninghem est situé sur une hauteur d’où l’on découvre une grande étendue de pays : la mer, vers Étaples ; la forêt de Fauquembergues, au Nord et les plaines de Buires-le-Sec, au Midi.

L’historien Dubuisson rapporte que les Normands, attaqués par Rodolphe, roi de Bourgogne, essuyèrent une grande défaite aux environs de Maninghem, en 918.

Maninghem n’était, avant le XVIIIè siècle, qu’un hameau perdu au milieu des bois et ne se rattachant à aucune paroisse voisine.

Les habitants obtinrent de l’abbé de Clairmarais, leur décimateur, l’autorisation de bâtir à leurs frais une église et un presbytère.

Le 18 novembre 1714, le doyen d’Alette consacra le nouveau sanctuaire sous l’invocation de la Sainte Vierge.

Les paroissiens abandonnèrent au desservant trois gerbes du cent sur tout le territoire et le dixième pour les menues dîmes des laines, des agneaux, des poules, du lin et du chanvre. Le concordat a érigé Maninghem en paroisse avec Quilen pour annexe.

La seigneurie a appartenu aux Blondel de Joigny (1550) ; aux de Lespault (1694) ; aux d’Acary. En 1725. l’abbé de Clairmarais et le marquis de Salins se la disputaient. Un rapport de 1756 constate que l’abbé eut gain de cause et que le marquis dut se contenter des droits honorifiques.

Aucun titre ne révèle l’existence d’un couvent de Templiers à Maninghem, bien qu’on leur attribue la construction d’un puits remarquable qui a cent mètres de profondeur et dont les parois sont artistement maçonnées.

Archéologie

Voici l’inscription qui est gravée au-dessus ‘ de la porte du presbytère :

QUI HUC 1NTRANS DIXERIT AVE

SEMPER ERIT SINE VE.

Ce qui signifie : Il n’arrivera jamais de mal a celui qui dira AVE

en franchissant le seuil de cette maison.

<< Retour a la liste