Mingoval

Gilles de Mingoval est qualifié de pair du château de Béthune dans une charte de Guillaume, avoué de cette ville, en 1210.

Description

Gilles de Mingoval est qualifié de pair du château de Béthune dans une charte de Guillaume, avoué de cette ville, en 1210.

Il est fait mention de messire Guibert, seigneur de Mingoval dans les actes des plaids tenus à Arras en 1259 : son successeur, Jehan, chevalier, accorda quelques mencaudées de terre au prieuré d’Aubigny, pour le repos de l’âme de ses parents; sa donation est datée du mois d’octobre 1277. Il était pair du comte de Béthune sous Philippe-le-Bel (Le Carpentier, Godefroy et Harbaville).

Le comte d’Artois mande à André et autres, gardiens de sa terre, de paier à Jehan de Maingoval, chevalier, 50 1. t. qu’il lui a données (Bergerac, 1er décembre 1276 (Inv. des arch. départementales, A 23) Robert de Mongueval, écuyer,est cité dans une quittance de 1299, (Ibid. A 153).

En 1307, Li sires de Maingoval étoit per de le castellerie d’Aubigny (Trésor, chartes d’Artois, B 428)

Nous voyons le chevalier Robert de Mingoval, assister à la vente faite, en 1326, à la comtesse Mahaut par Jehan Markades de Béthune, de sa terre de Pikenehem (Trésor, chartes d’Artois, B. 453). Enfin Pieron D’Aule de Mingoval, était officier de j ustice de la comtesse, en 1389 (Ibid. A. 486).

Au XIVè siècle, la terre de Mingoval appartenait à l’illustre famille de Lannoy. Hugues de Lannoy épousa, vers 1330, Marguerite, dame de Mingoval. Un de ses descendants, Antoine de Lannoy, fut premier maître d’hôtel de l’empereur .Maximilien.

Lors de la prise d’Arras en 1492, Jean de Lannoi, seigneur de Maingoval, accompagnait Robert de Melun, Philippe de Belleforière, Philippe de Le Contay etc., etc., à la tête des troupes Bourguignonnes.

Cette terre resta près de trois siècles dans cette famille. Nicocolas de Lannoy, seigneur de Maingoval, épousa Anne de Lallain, fille d’Artus et de Jeanne d’Habarcq, dont il eut 2 enfants,Charles, mort en Espagne l’an l591. Sans postérité, et Bonne de Lannoy. Cette dernière, propriétaire de son chef de la terre de Maingoval, la porta en mariage à Messire Philippe de Sainte Aldegonde, seigneur de Noircarmes.Elle en eut quatre fils et une fille; Charles, La Moral, et Philippe de Sainte-Aldegonde moururent sans enfans avant leur mère : Maximilien, premier comte de Sainte Aldegonde, est resté seul héritier universel de ses parents. Anne sa sœur, épousa le comte de Mastaing.

Maximilien de Sainte-Aldegonde épousa :

1° Marie de Lens, dont il eut quelques enfans ;

2° Alexandrine de Noyelles. De ce second lit, sont issus François La Moral, Albert André et Eugène et plusieurs filles. Par testament conjonctif du 17 juillet 1624, Albert-André leur second fils., eut en portage entre autres terres, leur baronnie de Maingoval. (P. Ignace Mém. 6, p. 444),

Cette seigneurie fut vendue par expropriation au commencement du XVIIIè siècle, à André Palisot, d’Incourt, receveur général des finances à Lille. Un de ses descendants, Palisot de Beauvois, la revendit au sieur de Wavrin, le 16 mars 1787. (A.rçh. dép.)

Le fief du Metz appartenait à François Ignace Rouvroy. (Rôle de 2 es 1757).

La ferme de Mme la maréchale Randon, située près de l’église, est l’emplacement d’un ancien château-fort qui dominait le pays d’alentour. On voit encore dans les dépendances et les pâtures de nombreuses traces de fortification.

La famille de sainte Aldegonde résidait à Arras dans l’hôtel de Mingoval, situé rue de Baudimont.

Il y avait encore dans cette ville un hospice du même nom.

Les carmes du faubourg Saint-Sauveur-lez-Arras s’y réfugièrent, lorsqu’ils furent chassas de leur maison pendant le siège de 1414.

L’église de Mingoval fut construite au commencement du XVIè siècle. Les armes de la famille de Lannoi étaient représentées sur le mur extérieur de la chapelle de Saint-Liévin et celles de Sainte-Aldegonde sur la tour au-dessus du grand portail. Ce clocher date de 1599. L’église a trois nefs, le chœur a été reconstruit en 1664, aux frais de l’abbaye du Mont-Saint-Eloy, sous la prélature de Pierre Leroi, qui y fit graver ses armoiries ainsi que celles de son monastère.

<< Retour a la liste