Noeux

Ce village, situé à peu de distance d’Auxi-le-Château, dépendait, en 1270, de la baronie (Harbaville).

Description

Ce village, situé à peu de distance d’Auxi-le-Château, dépendait, en 1270, de la baronie (Harbaville). Il eut ses coutumes locales en 1507. La seigneurie appartenait alors à Anthoine Maturel, escuier seigneur de Herminville en Normandie, et dudit Noeux en partie.

« Ledit Anthoine Maturel tient sa dite terre de Nœux de la chastellenie de Beauval, en laquelle il a toute justice haute, moyenne et basse, avec amende quand la cas y eschet, de soixante solz six deniers ou la petite amende. » (A. Bouthors, Coût. lue. du baill. d’A.niens, t. II, p. 143).

Un fief important constituait une autre seigneurie à Nœux ; elle appartenait à Jehan Bridoul.(Id. ibid).

La dîme de Noeux appartenait au commandeur de Fieffés, à la fabrique de l’église, au chapitre de Saint-Vulfran et au curé du lieu. Elle avait été donnée à l’hôpital de Villers par Audrieu du Gardin, au mois de janvier 1235. (Cocheris, Catalogue dès mss. sur la Picardie).

Avant 1789, l’église de Noeux, placée sous le patronage de Saint-Vulfran d’Abbeville, par une charte de 1121, dépendait du diocèse d’Amiens et avait pour annexe la chapelle de Boffles.

L’église ne fut pas démolie à la Révolution : elle a été restaurée an 1830.

Nous citerons parmi les dépendances de Noeux, le Ravin des Cavernes.

<< Retour a la liste