Planques

Planques, village de 250 habitants, est situé près de la source de la Planquette, petit ruisseau dont il tire son nom, à 8 kilom. de Fruges.

Description

Planques, village de 250 habitants, est situé près de la source de la Planquette, petit ruisseau dont il tire son nom, à 8 kilom. de Fruges.

Connu dès le XIè siècle, il a fait de tout temps partie des terres à clocher dont les sires de Créquy étaient seigneurs.

Avant la révolution de 1789,et jusque dans ces dernières années, Planques n’était qu’un vicariat dépendant de Fressin. La nomination du vicaire appartenait à l’abbé du monastère de Saint-Jean- au-Mont-lez-Thérouanne, et la dîme au chapitre d’Ypres, depuis la destruction de la capitale de la Morinie en 1553.

Planques a été adjugé en janvier 1656 avec Avondance, Rainboval, le bois de Winkenel, Marquais-en-1’eau et Dennebrœucq, comme part d’héritage, à Hugues de Créquy, second fils de Philippe, sire de Créquy. Ses descendants ont formé les branches des sieurs de Tilly, de Rouverel, de Langle, de Villers-Brulins et de Frohen, toutes éteintes.

Le 14 février 1602, Antoinette de Créquy, épouse de Laurent de la Chaussée d’Eu, seigneur d’Arrest en Vimeu, vendit Planques, les Granges, Avondance et Marquais-en-Peau à Jacques, seigneur de Bryas, d’où elles passèrent à Henri de Bryas, son deuxième fils. Jacqueline-Marguerite de Bryas, fille de ce dernier, épousa messire César-Antoine-Théodore N… marquis de Florennes et de Courcelles-les-Lens, seigneur de Noyelles-Godault.

Planques appartenait en 1789 à la famille des de Contes, barons des Granges, qui par son nom et ses armes semble devoir être de la maison de Créquy.

Le seigneur de Planques dont parle M. Harbaville était seigneur de Planques-lez-Douai, et issu d’un cadet de la maison des sieurs de Beaumetz en Cambrésis, châtelains de Bapaume.

On lit dans les Archi. Départem :

« 1762, lettres patentes du roi portant union de la terre de Planques à celle des Granges et érection des dites terres en baronnie sous la dénomination de Contes des Granges, en faveur de Marie-François-Antoine-Joseph de Contes, seigneur des Granges, et de ses descendants.

M. des Granges possède là seigneurie dudit lieu consistant en une ferme, 15 mesures de manoir, 102. mesures 1/2 de terre. » (Ext. du rôle des 20è de 1757.)

On trouve sur le territoire de cette localité la baronnie des Granges dont la ferme existe encore, et, près d’elle, les fondations d’un ancien château depuis longtemps détruit, sur lequel les chroniques gardent le silence.

Était-ce la demeure de la famille des barons de Contes des Granges dont la sépulture est creusée sous le chœur de l’église ? On l’ignore.

L’église de cette paroisse a pour patron Notre-Dame et faisait partie du doyenné de Vieil-Hesdin. Le chœur et le porche du petit portail sont du style ogival tertiaire et remontent au XVIè siècle. La nef et le campanille ont une date plus récente.

Le chœur, d’une grande richesse d’ornementation a des traits de ressemblance frappante avec celui de l’église de Fressin : il est aussi comme elle l’œuvre des sires de Créquy ; leurs armoiries conservées sur les murs ne permettent pas d’en douter.

Les inscriptions de sa cloche en sont une nouvelle preuve. On lit dans la partie supérieure :

L’an mil cinq cent cinq me leva M. Jehan de Créquy et Madame Marie d’Amboise, sa femme, dame de Créquy comtesse douairière de Braine et de Roussy.

Au dessous sont trois écussons avec les armes de la famille.

Derrière l’autel sont sculptés sur deux culs de lampe : d’un côté, le seigneur, casqué et cuirassé ; de l’autre, sa femme nue- tête. Sur un autre on voit le Père éternel tenant devant lui Jésus-Christ en croix.

Les fonts baptismaux sont de style roman ; ils ont perdu les colonnettes qui ornaient leur base, et n’ont rien de remarquable.

<< Retour a la liste