Radinghem

Ce village est situé sur un des affluents de la Lys, et touche par sa partie nord au chemin départemental de Fruges à Aire.

Description

Ce village est situé sur un des affluents de la Lys, et touche par sa partie nord au chemin départemental de Fruges à Aire.

Il dépendait du comté de St-Pol au XIIè siècle.

Hugues de Radinghem en était seigneur en 1188 (arch. d’Etrun).

Guillaume de Radinghem servait en 1296 en Gascogne, sous le comte d’Artois (La Roque, Traité du Ban et de l’arrière Ban).

Les seigneurs de Senlis étaient au XVè et au XVIè siècle, seigneurs de la terre de Radinghem qui relevait de la châtellenie de Lisbourg. Depuis elle a été possédée par les familles d’Hézecques et le Sergeant de Monecôve.

Cette paroisse était anciennement du diocèse de Boulogne et du doyenné de Bléquin ; elle avait pour collateur l’abbé de St-Jean au Mont-lez-Thérouanne.

Depuis le concordat de 1801, elle fait partie du diocèse d’Arras et du doyenné de Fruges, ayant Mencas pour annexe, et St-Martin pour patron.

Ce village à 6 kil. de Fruges, compte 301 habitants.

L’église de Radinghem est assez ancienne ; on la trouve dans le Pouillé de Thérouanne en 1091. (arch. de St-Omer.)

Cette église s’écroula au XVè siècle ; (arch. du château).

Rebâtie presque aussitôt après, elle fut de nouveau détruite au commen­ cement du XVIIè siècle, en même temps que le château des hauts et puissants seigneurs de la Haie, comtes d’Hézecques, à la suite sans doute des guerres qui eurent lieu dans le pays.

Le château fut reconstruit en 1620, et l’église en 1628, date reproduite à l’abside, au bénitier et au portail.

Le chapitre de Thérouanne retiré à Ipres depuis la destruction de cette ville en 1553, avait la dîme de la cure, à la condition d’en remettre un tiers au curé et d’entretenir le chœur de l’église.

Cette dernière clause avait déterminé les habitants à placer le campanille sur les poutres du chœur, de manière à ce que les frais d’entretien fussent à la charge des décimateurs.

En 1634, à la sollicitation de haute et puissante dame, Marguerite de Robles, épouse de Charles-Antoine de la Haie, comte d’Hézecques, Baron de Vincly, seigneur de Radinghem et autres lieux, Jean-François de Calonne, abbé de Blangy, accorda à l’église de Radinghem une relique de Ste -Apolline (os de la mâchoire inférieure). La translation se fit avec une pompe extraordinaire.

L’abbé lui-même, accompagné de plusieurs de ses religieux, apporta la précieuse relique ; les habitants du village et des villages voisins allèrent à sa rencontre ; Mgr Jean Dolce, évêque de Boulogne, présida la cérémonie, reconnut la relique et la renferma dans un reliquaire de cuivre argenté et doré qui disparut en 1793.

La relique, sauvée par les soins de dame Françoise Decréquy, épouse Delvallé, fut de nouveau reconnue en 1803 par Mgr de la Tour d’Auvergne, et placée dans un reliquaire en bois doré où elle se trouve encore et reçoit les hommages de nombreux pèlerins, en particulier dans la neuvaine de la fête de Ste-Apolline.

Mgr Parisis bénit le 29 octobre 1860, une riche bannière offerte en l’honneur de la Sainte par M. Gaston de Monnecove.

En 1793 l’église de Radinghem fut vendue au district de Montreuil et rachetée deux cents francs par M. le Sergeant qui en a laissé la propriété à ses héritiers.

M. l’abbé Théret curé actuel, vient d’y faire élever une tour en briques, surmontée d’une flèche en bois couverte en ardoises, et d’y loger la cloche qui jusque-là se trouvait sur le chœur comme on l’a dit plus haut.

<< Retour a la liste