Saint Denœux

On donne une curieuse étymologie au nom de ce village situé dans la gorge profonde que forme la réunion de plusieurs ravins creusés par les eaux pluviales.

Description

On donne une curieuse étymologie au nom de ce village situé dans la gorge profonde que forme la réunion de plusieurs ravins creusés par les eaux pluviales.

L’incendie l’ayant complètement détruit, l’abbaye de Sainte-Austreberte rétablit une ferme nouvelle ou censé neuve dont la désignation s’altérant à la longue devint la censé neuf, la censé de neuf et Saint-Denœux.

Les commissaires du district de Montagne, pour effacer le souvenir de ce saint vrai ou faux, baptisèrent cette commune : Deneux L’Inflexible ; les actes de l’état-ci vil portent cette dénomination depuis le 14 ventôse an II jusqu’au 24 brumaire an III.

La plupart des terres et manoirs relevaient de Sainte-Austreberte.

Coutume particulière rédigée en 1507.

Les registres de catholicité remontent à l’année 1699.

Louis-Jean-Baptiste Prévot-Lebas, né à Étaples, le 28 décembre 1758, qui résigna ses fonctions de prêtre pour s’associer-au mouvement révolutionnaire et devint administrateur du district de Montreuil, était vicaire de Saint-Denœux, avec promesse d’obtenir la cure de Marenla, lorsqu’il eut la faiblesse de prêter le serment qui l’entraîna dans cette voie fatale.

Saint-Denœux est la patrie de l’abbé de la Porte que l’on peut appeler le restaurateur du culte catholique en Angleterre où il dirigea longtemps la chapelle de l’ambassade française et de MM. Mailly et Tourzel qui ont continué l’œuvre apostolique qu’il a entreprise à Londres.

Archéologie

Le chœur de l’église a été bâti, aux frais des dames de Sainte-Austreberte, sous l’administration de Françoise de Boufflers (1520 à 1551).

Le blason de Boufilers : argent à neuf croix recroisetées de gueules en pal à trois molettes de même en cœur, décore la principale clef de voûte.

<< Retour a la liste