Saint Michel

Pendant longtemps saint Michel a été considéré comme le patron spécial de la France ; dès le IXè siècle, – le concile de Mayence rendit sa fête obligatoire dans tout l’empire de Charlemagne, à la suite d’une brillante victoire sur les Saxons.

Description

Pendant longtemps saint Michel a été considéré comme le patron spécial de la France ; dès le IXè siècle, – le concile de Mayence rendit sa fête obligatoire dans tout l’empire de Charlemagne, à la suite d’une brillante victoire sur les Saxons. Un grand nombre d’églises et des abbayes célèbres s’élevèrent en son honneur; le modeste village de Saint-Michel témoigne, que le Boulonnais ne demeura point étranger à cette dévotion envers le prince de la milice céleste.

Bonnart de Saint-Mikiel servait en 1337 dans l’armée du roi Philippe de Valois. L’abbaye d’Auchy-les-Hesdin cueillait une branche de dîme sur le territoire de Saint-Michel dont la seigneurie appartenait en 1670 à messire Claude de Nœux, et en 1685 à Jean de Cormette.

Lorsque Louis XI fit établir le service des postes dans le royaume, on installa à Saint-Michel un relai qui était la dernière maison vers Hénoville. Le rapport envoyé en 1725 à l’évêché de Boulogne constate que les habitations de la paroisse sont « de mauvaises chaumières habitées par des pauvres qui ne possèdent aucun bien. » Les décimateurs étaient à cette date les abbayes d’Auchy, de Ruisseauville, de Samer et le prieur de Renty.

Hameaux et écarts

Estreutil, en partie avec Humbert. La Grande feuille. Haute feuille. Hénoville. Le Petit Saint-Michel. Saint- Wandrille en partie avec Embry.

<< Retour a la liste