Sempy

Sempy est compris dans la donation de Gontbert aux monastères de Steinlandt et de Saint-Bertin en 818.

Description

Sempy est compris dans la donation de Gontbert aux monastères de Steinlandt et de Saint-Bertin en 818.

Non loin de l’église, se voient encore les traces du château des anciens sires de Sempy, célèbres dans les annales du Boulonnais ; le plus illustre, Jehan, favori du roi Charles VI, se couvrit de gloire au tournois-de Saint-Inglevert, où les sires de Boucicaut, de Roye et lui, tinrent contre tous venants, pendant une année entière. (1390.)

Jehan de Sempy affecta à l’entretien de la chapelle de Sainte- Luce, fondée dans son château, le bois du Tronquoy, contenant 80 mesures, situé à Waben ainsi que le Moutonuage ou droit sur les bêtes à laine qu’il y percevait ; Charles VI expédia, le 3 février 1375, des lettres qui ratifient cette pieuse fondation.

Ce Sempy exerçait également à Waben un droit de vicomte qui l’autorisait à prélever deux poissons sur la pêche de chacun des bateaux et lui accordait le bénéfice de deux marées par an.

Un Sempy périt à Azincourt ; ce doit être Jehan de Croy, père d’Archambaud, le premier de la famille, qui se qualifia seigneur de Sempy.

Michel de Croy, surnommé la longue barbe, fut condamné, le 20 mars 1511, à payer au commandeur de Loison une rente établie de temps immémorial sur ce domaine.

On voyait dans l’église d’Ecaussines le tombeau de « hault et puissant monseigneur Michel de Croy, sire de Sempy, armez, vestu de sa cotte d’armes, la thoison dor au col, portant une lonc barbe blanc qui torteille autour de sa cheinture. »

Antoine de Croy, petit-fils du précédent gouverneur du Quesnoy, fut inhumé dans l’église paroissiale de cette ville, sous un riche mausolée placé en la chapelle vulgairement appelée la chapelle de Sempy.

La baronnie de. Sempy fut réunie au marquisat de Montcavrel, après avoir longtemps appartenu aux Croy.

Archéologie

L’église parait n’être qu’une partie d’un édifice beaucoup plus large et plus long dont la tradition attribue la construction aux Templiers. La tour du clocher servait sans doute d’entrée à la seconde nef, qui a disparu sur la gauche.

Les colonnes cylindriques qui séparaient les deux nefs étaient ornées de chapiteaux sculptés. L’écusson de Croy, écartelé de Benty, orne la voûte ogivale du chœur qui fut bâti parles seigneurs de Sempy dans le cours du XVè siècle.

La chapelle castrale de Sainte-Luce existait encore il y a peu d’années.

Lieu-dit

La rue Blanche. Les Carrières. Les Prés du Château. Les Quilmonts.

<< Retour a la liste