Tigny-Noyelle

Foulques, chevalier, sire de Nempont et Enguerran, chevalier, sire de Beaurain, possédaient chacun un moulin à Tigny : Foulques donna le sien aux religieux de Saint-Josse-au-Bois en 1142, et le fils d’Enguerran de Beaurain suivit cet exemple en 1158.

Description

Foulques, chevalier, sire de Nempont et Enguerran, chevalier, sire de Beaurain, possédaient chacun un moulin à Tigny : Foulques donna le sien aux religieux de Saint-Josse-au-Bois en 1142, et le fils d’Enguerran de Beaurain suivit cet exemple en 1158. Le comte de Ponthieu, les seigneurs de Nempont et de Collines, messires Enguerran de Lianne, Gaultier de Waben et Gilbert de Aurenc augmentèrent, dans le cours du XIIè siècle, le domaine que l’abbaye de Saint-Josse-au-Bois ou Dommartin avait à Tigny.

Les marais d’Aurenc, qui lui appartenaient, longeaient la chaussée menant de Noyelles au moulin de Tigny.

Au mois de mars 1205, le comte de Ponthieu vint à Dommartin pour régler la bannée du moulin de Tigny : il fut convenu que les habitants de Waben, de Verton, de Tigny, de Saint-Vaast et de Saint-Quentin en Marquenterre y feraient moudre leurs grains sous peine d’amende. Les droits de mouture se partageront également entre le comte et les moines ; ceux-ci choisiront le meunier. Les constructions indispensables seront à frais communs, mais les dépenses occasionnées par le séjour du comte ou de l’abbé à Tigny demeureront personnelles. Aucun moulin ne pourra être établi contre le gré des moines depuis Maintenay jusqu’à la mer, et depuis Tigny jusqu’à Saint-Josse-sur-Mer et Waben. La comtesse de Ponthieu et sa fille Marie, les chevaliers Hugues de Fontaine, Hugues Boteris, Gaultier de Hallencourt, Dreux de Ponches et Simon de Donqueur, les abbés de Valloires et de Saint-Jean d’Amiens, assistèrent à cette convention. (G. G. de Dommartin, f” 465.)

Les moulins de Tigny étaient grevés de certaines redevances envers les seigneurs de Nempont, de Collines et de Beaurain, et on payait au roi deux-cents anguilles pour la retenue de la rivière.

Le domaine des moines comprenait en 1252 environ 375 journaux de terres labourables, 90 journaux de bois et 10 journaux de prairies.

Un religieux de Dommartin résidait à Tigny et y exerçait les fonctions de curé. La chronique de l’abbaye nous apprend que le prédécesseur du père Milon d’Andreult, nommé en 1682, s’était vu forcé de demeurer pendant quelque temps caché dans la tour de l’église pour se soustraire aux persécutions de ses paroissiens.

Le père Maigret, nommé curé de Tigny en 1758, trouva l’église complètement délabrée : il y pleuvait de toutes parts et la commune mise en demeure de réparer la nef s’étant refusée à le faire, l’évêque d’Amiens dut l’interdire. Cette mesure de rigueur décida les habitants à exécuter les travaux nécessaires.

Hameau

Noyelles. Le moulin de Noyelles appartenait à Guillaume de Montreuil-Maintenay, qui le donna aux moines de Dommartin en 1158. Ses vassaux devaient y faire moudre leurs grains et lui-même s’engagea à fournir le bois nécessaire pour l’entretien des bâtiments. Guillaume de Nempont avait un four banal à Noyelles en 1311. (Aveu Maintenay.)

Archéologie

Le chœur de l’église, bâti au XVIè siècle aux frais de l’abbaye de Dommartin, est remarquable. La voûte est tombée, mais on peut juger de son architecture par la richesse des sculptures qui ornent les culs-de-lampe. La tour située à l’entrée de la nef était autrefois beaucoup plus élevée. Le maître-autel porte la date de 1703.

<< Retour a la liste