Vincly

Ce village dépendait de la Régale de Thérouanne, dès le XIVè siècle. La Lys coule au bas de la côte où il est bâti.

Description

Ce village dépendait de la Régale de Thérouanne, dès le XIVè siècle. La Lys coule au bas de la côte où il est bâti.

Cette terre a été unie’ à celle d’Allouagne, érigée en marquisat en octobre 1676., en faveur de Jean-Baptiste d’Assigny, marquis d’Allouagne. (Pouillé de Boulogne.)

Avant 1789, Vincly formait une paroisse du diocèse de Boulogne et du doyenné de Bomy, à la nomination du marquis d’Allouagne à cause del’advouerie de Thérouanne; (Pouillé de Boulogne), ayant comme aujourd’hui pour patron saint Thomas de Cantorbéry. Elle avait en fonds de terre des revenus qui suffisaient abondamment aux frais du culte.

En 1793 l’église fut vendue ; mais un habitant la racheta et la rendit à la commune. Les vases sacrés et l’ameublement furent sauvés du vandalisme révolutionnaire, à l’exception des deux cloches qu’on conduisit à la fonderie nationale.

En 1801, Vincly devint annexe de Matringhem, fit partie du diocèse d’Arras et du doyenné de Fruges, dont il est distant de 7 kilomètres.

On a fait à l’église de grandes restaurations, et l’on a bâti une sacristie. Ces travaux furent payés à l’aide des allocations de la commune et des dons des particuliers.

Au plus fort de la Révolution, sept prêtres demeurèrent cachés dans une maison de ce petit village, qui compte maintenant 268 habitants.

Il y a, au hameau d’Escoufflans, une petite chapelle de la Sainte-Vierge qui, de temps immémorial a été l’objet d’un culte particulier. On y vient en pèlerinage des villages voisins, surtout pendant la neuvaine de la fête de la Nativité où la messe y est dite tous les jours.

<< Retour a la liste