Pourquoi l’agriculture biologique ?

orge

 

Alors que, l’agriculture était biologique à l’origine ?

 

Citation du Ministère de l’agriculture :

ab-communication« L’agriculture biologique constitue un mode de production qui trouve son originalité dans le recours à des pratiques culturales et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. Ainsi, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants. »

http://agriculture.gouv.fr/lagriculture-biologique-1

Ne devrait-on pas dire ?

L’agriculture industrielle trouve son originalité dans le recours de produits chimiques, amendement et pesticides ?

 

Deuxième citation de ce même Ministère :

ab-autrement« Les bénéfices que la société peut retirer de l’agriculture biologique sont multiples en termes de création d’activités et d’emplois, de préservation de la qualité des sols, de la biodiversité, de l’air et de l’eau. »

Ne devrait-on pas dire ?

L’agriculture industrielle génère de nombreux problèmes, de santé chez les consommateurs, que ce soit humains ou animaux, de perte d’emplois, d’appauvrissement des sols, de destruction de la biodiversité, de pollution de l’air et de l’eau ?

Le ou la « bio » ?

Ce « mot » semble correspondre à un slogan, écologique, commercial ou publicitaire, un signe de ralliement  et devient galvaudé.

Qu’est-ce donc que l’agriculture biologique ?

 

ailLa « notion » d’agriculture biologique date de l’après-guerre 39/45.

L’agriculture biologique est reconnue depuis 1981, création du logo « AB », label qui garantit l’origine du produit :

– non-utilisation de produits chimiques de synthèse ni d’OGM

– recyclage des matières organiques

– assolement ou rotation des cultures

– lutte biologique contre les maladies, les parasites et les nuisibles

– élevage dans le respect des animaux selon les mêmes critères que la culture.

La marque AB de certification est propriété exclusive du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt.

Elle identifie, ainsi que le logo européen, des produits 100% bio ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés.

Son utilisation est cependant facultative.

L’agriculture biologique est en plein développement.

 

logo-agence-bioLes chiffres de 2015 en témoignent :

9 Français sur 10 (89 %) consomment bio, au moins occasionnellement, alors qu’ils n’étaient encore que 54 % en 2003.

65 % des Français en consomment régulièrement, au moins une fois par mois, contre 37 % en 2003.

– 14,7 % de croissance du marché bio en 2015 part rapport à 2014, soit 5,76 milliards d’Euros,

– 225 millions d’Euros d’achats de produits bio par le secteur de la restauration collective,
– + 5 % d’intervenants (transformation, distribution, import/export),
– 9 % de producteurs en plus,
– 23 % de terres supplémentaires sont en agriculture bio,
– 5 % de la surface agricole utile (SAU) en bio.

Dans l’Union européenne (2015) :

– 11,1 millions d’hectares en production biologique, soit près de 6,2% de la Surface agricole utile (SAU) totale,

– près de 270 000 exploitations, soit une augmentation de 5,4% par rapport à 2014.

 Source : http://www.agencebio.org/la-bio-en-france

Agriculture biologique, agroécologie ou permaculture ?

 

permaculture
Permaculture Image Amis de l’homme

L’agriculture biologique a été décrite plus haut. Retenons qu’il ne faut pas utiliser de produits issus de la pétrochimie.

Ce qui représente pratiquement la seule différence avec l’agriculture traditionnelle ou intensive. Les méthodes de culture sont les mêmes, avec autant de mécanisation et aussi peu de biodiversité. Cette réflexion ne s’adresse bien sûr pas aux petits producteurs mais à ces fermes de 50 000 hectares que l’on découvre en Espagne ou en Allemagne.

L’agroécologie, quant à elle, introduit des notions de gestion écologique de l’exploitation telles que l’utilisation de l’eau, les haies, le reboisement afin de lutter contre l’érosion…

La permaculture, comme son nom le laisse supposer, s’oriente vers l’établissement d’installation durables et résilientes.

Elle englobe les pratiques de l’agrobioculture, de l’agroécologie tout en considérant l’écoconstruction, les énergies renouvelables… Son but est de reconstituer des écosystèmes naturels afin de recréer un cycle naturel, autonome comparable à celui d’une forêt par exemple.

 

L’Agriculture Écologiquement Intensive

 

agriculteur-300Est-il possible de produire plus, mieux avec moins ?

Tel est l’enjeu aujourd’hui ainsi que le défi de l’agriculture écologiquement intensive.

Ou, raisonnée ?

Réduction de l’usage des engrais chimiques permise grâce à la préservation et à la stimulation de la vie du sol. Prise en compte du comportement naturel de l’animal et l’aménagement progressif de ses conditions d’élevage contribuant à le maintenir en bonne santé et à diminuer l’usage des antibiotiques…

Des pratiques qui promettent à la fois durabilité et productivité en utilisant des mécanismes naturels, en cherchant à amplifier le fonctionnement des écosystèmes, tout en répondant aux besoins mondiaux en volume ?

L’agriculture écologiquement intensive est-elle la transition vers le tout bio ?

 Agriculture biologique et rendement

 

ble-moissonneuse-300Lorsqu’on pense « bio », on entrevoit des produits malingres, rachitiques, un manque de rendement.

L’agriculture traditionnelle, intensive était plus rentable d’environ 25% que la biologique, avec des variations de 5 à 34% selon les cultures. Une différence plus présente dans le rendement des céréales.

Par contre, le rendement des sols baisse au fil des ans avec l’agriculture devenue traditionnelle, engendrant un manque de productivité pouvant atteindre 33% (blé) ! Le « bio » prend alors sa revanche en devenant plus productif.
L’agriculture biologique tire son épingle du jeu en condition de sécheresse, jusqu’à 30 % d’économie d’eau (maïs).
Le « bio » serait, à long terme, presque 3 fois plus rentable financièrement que l’agriculture intensive selon une étude américaine réalisée sur 30 années. Les producteurs utilisant des semences OGM auraient même gagné moins que les autres…

Un commentaire sur “Pourquoi l’agriculture biologique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *