Soyez prudents avec les peintures intelligentes

 

Les peintures intelligentes suppriment les odeurs en votre intérieur.

Chez Onip, par exemple, on aime l’innovation.

« Après avoir créé la première peinture dépolluante qui élimine la principale molécule responsable de la pollution de l’air intérieur, nos équipes d’ingénieurs se sont penchées sur une peinture capable de détruire les mauvaises odeurs.
Clean’Odeur a fait l’objet de tests réalisés par un laboratoire indépendant.
L’élimination des mauvaises odeurs fonctionne grâce à un additif formulé pour casser certaines molécules d’odeurs en les modifiant chimiquement lors du contact avec le film de peinture. »

Sans s’attarder sur d’éventuels effets secondaires, à long terme, si ces peintures nous débarrassent des mauvaises odeurs, qu’en est-il des bonnes ?

Le fumet d’un plat, l’ail dans une salade, l’odeur du poêle à bois et… ?
Surtout ?!

Les molécules de l’amour !

L’androstenol
Cette phéromone est présente dans l’haleine du mâle du cochon qui l’utilise pour attirer la femelle. des scientifiques ont découvert que l’androstenol est une des composantes de la sueur des hommes, ils se sont demandés si la molécule pouvait aussi agir comme phéromone et était capable d’attirer les femmes.

L’ocytocine est une hormone produite au niveau de l’hypothalamus et de l’hypophyse du cerveau, elle agit généralement au niveau des muscles lisses et de l’utérus.
Elle est également produite lors de l’orgasme et procure une sensation de bien-être et de plaisir ; des chercheurs ont également prouvé que l’ocytocine nous permettrait de ressentir de l’amour pour quelqu’un.
On l’appelle souvent « hormone du plaisir » ou « hormone du bonheur ».
Cette bonne humeur qu’on a après le sexe, ce regard amoureux qu’on donne à notre chéri(e) après une longue nuit de folie, on le doit à l’ocytocine.

Devons-nous éradiquer ces hormones ainsi que ce qui nous met en appétit, culinairement parlant, lors d’un souper en amoureux ?

Plus “pratique” !

Plus d’interrupteur dans la maison !

Il suffit de poser les mains sur le mur pour “allumer les lumières”, bientôt le feu. Sourire.

À la condition qu’elles soient propres, sinon, il faut repeindre régulièrement…

À l’ère de “l’écologie”, que faut-il penser de ces peintures ?

Peut-être ? Seraient-elles bien exploitées par un artiste peintre en les inversant ?

Il suffirait de toucher le cadre pour qu’il s’illumine, que les teintes changent avec les saisons, qu’il y ait un effet 3D ou ?

Référence à Boris Vian, qu’il en émane les molécules de séduction précitées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.