Virtuel

Ici comme au bar dans lequel j’entre parfois, certains soirs, en quête d’un sourire, d’un regard complice et de quelques mots, à propos de rien, de tout, de vous ou de moi.

Ici on parle dans l’obscurité et, les mots, à peine soufflés, ne se diluent pas dans la lumière, sont intenses, prêtent attention comme les sons de la nuit ou ceux prononcés sur un oreiller.

Projetés par le canon à protons du moniteur, ils tournoient et se rangent sur le clavier, attendent assentiment, controverse ou… Silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.