Capelle

Malbrancq pense que les premières maisons de ce village se sont groupées autour d’une chapelle que le père de sainte Austreberte bâtit en l’honneur de la Mère de Dieu.

Description

Malbrancq pense que les premières maisons de ce village se sont groupées autour d’une chapelle que le père de sainte Austreberte bâtit en l’honneur de la Mère de Dieu.

Au nombre des cures données à l’abbaye de Saint-Silvin d’Auchy par le comte Enguerran d’Hesdin, figure Capelle avec son cimetière et les localités qui en dépendent :

« Capella et atrium et membra illi peretinentia, scilicet Moncels, Gisni, Gaisnoit parvum. »

Aux termes de la déclaration que Me Louis Camus, desservant de Capelle, rédigea le 4 mai 1739, le revenu de la paroisse était de 460 livres, 7 sols ; y compris 35 livres de casuel et 79 livres de fondations. La fabrique possédait 89 mesures de terre à Fillièvres et 102 mesures, en plusieurs pièces, au terroir de Capelle.

Ces biens ont été aliénés par la nation le 14 pluviôse et le 7 fri­ maire, an III.

La seigneurie de Capelle, confondue dans celle du Maisnil, a longtemps appartenu à la famille de ce nom. En 1370, Colard du Maisnil en détacha une partie au profit de Noël le Sot; en 1465 un de ses descendants la vendit à Hues Paillet. Elle fut depuis à Philippe de Labroye, lieutenant du bailli d’Hesdin et à Jehan de Bournonville, acquéreur en 1494. Enfin elle passa aux seigneurs de Regnauville, de la maison du Bois de Fienne qui la possédaient encore au XVIIIème siècle.

En 1758, les habitants de Capelle maraudaient dans les bois de Lambus, à tel point que l’abbé de Dommartin dut porter plainte à Arras. La maréchaussée arrêta cinq hommes et cinq femmes qui furent condamnés à deux ou à cinq années de bannissement.

Les juges placèrent les bois sous la sauvegarde des habitants de Capelle, de Brévillers et de Guisy, les déclarant solidairement responsables des dégâts que l’on y commettrait à l’avenir; cette mesure produisit un effet salutaire, et les bois furent à peu près respectés.

Capelle était le chef-lieu de l’un des douze cantons du district de Montreuil sous l’empire de la constitution de l’an III. Ce canton comprenait les communes du canton actuel d’Hesdin, sauf Cavron, Contes, la Loge et Wambercourt.

Hameau

La Malemaison, ferme ayant appartenu au prieur de Saint-Georges. Elle s’élevait, dit-on, sur l’emplacement d’un ancien château-fort qui servait de limite à la province d’Artois.

L’abbaye de Dommartin y possédait une pièce de terre nommée le Sart Herbert qui rapportait annuellement deux muids de blé, mesure d’Hesdin.

Archéologie

L’église (vocable Saint-Vaast) date du XVème siècle, excepté la partie supérieure de la nef qui a été reconstruite en 1739. Le chœur est vraiment remarquable. Il est éclairé par de grandes fenêtres à triples meneaux avec encadrements artistement fouillés. C’est un beau spécimen de l’architecture ogivale tertiaire ; et l’on a réussi, dans une restauration récente, à harmoniser l’intérieur de l’édifice et son mobilier avec le style de la construction.

Les familles Ducloy, Jacquemont du Donjon et de Locher avaient leur sépulture dans l’église de Capelle.

L’inscription de la cloche rappelle le nom de messire Gilles de Fiennes, seigneur de Regnauville, Hestroye, Capelle et autres lieux.

<< Retour a la liste