Colline-Beaumont

Le territoire de Colline s’étend jusqu’à l’Authie. Le cartulaire de Dommartin mentionne les sires de Colline parmi les premiers bienfaiteurs de cette abbaye, et notamment Gauthier qui vivait en 1274. Sa fille Marguerite, épouse de Jean d’Amereaucourt, servit aveu de la terre de Colline à messire Baudouin de Renty, seigneur de Waben en 1311.

Description

Le territoire de Colline s’étend jusqu’à l’Authie. Le cartulaire de Dommartin mentionne les sires de Colline parmi les premiers bienfaiteurs de cette abbaye, et notamment Gauthier qui vivait en 1274. Sa fille Marguerite, épouse de Jean d’Amereaucourt, servit aveu de la terre de Colline à messire Baudouin de Renty, seigneur de Waben en 1311.

Au début du XVIè siècle, les seigneuries réunies de Colline et de Beaumont appartenaient aux Blondel. Lamoral Cornu, écuyer, seigneur de Belloy, s’allia à Marguerite Blondel, dame de Colline; leurs descendants possédèrent ce domaine qui relevait de la pairie de Wailly. On lit dans le pouillé du diocèse d’Amiens rédigé en 1689 que le pavé de l’église est en mauvais état, par la faute du seigneur de Belloy qui ne fait pas réparer les tombeaux de ses ancêtres. Ce seigneur était messire Charles Cornu, écuyer, dont les successeurs furent les Cacheleu-Truffier d’Houdant, les Rosamel et les d’Aumale.

Simon de Colline, imprimeur fameux, naquit à Colline. Il épousa vers 1520 la veuve du célèbre Henri Etienne qui avait été son maître. Il se servit d’abord des caractères des Etienne puis il en fondit de beaucoup plus remarquables. Il introduisit en France l’usage du caractère italique avec lequel il composa des volumes entiers. Un grand nombre d’ouvrages sortirent des presses de Simon de Colline pendant les trente années qu’il exerça son industrie. Il a imprimé des livres grecs qui sont aussi corrects que les éditions renommées de Plantin.

Sa marque représentait le temps avec la légende : Virtus hanc sola retundit, paroles qui s’appliquent à la faux que tient en main le vieux Saturne. (Devérité. Les hommes du Ponthieu dignes de mémoire. T. II, p. 339.)

Hameau

Beamnont. Les fragments de pierres tombales qui se trouvent dans l’église portent les dates de 1640 et de 1673. On voit dans le cimetière les sépultures de messire Conrad-Victor François de Cacheleu-Truffier, comte d’Houdant, dernier du nom, décédé le 30 avril 1802 et de dame Ursule-Isabelle-Josèphe de Jacquier de Rosée, décédée le 24 mars 1841. De Mme de Guibert, née d’Houdant, décédée le 21 juin 1831. De Charles Marie du Campe, comte de Rosamel, ancien commandant de place d’Hesdin, chevalier de Saint-Louis et de la Légion d’honneur, décédé à Abbeville le 24 mai 1851. De dame Castille-Catherine-Marie-Josèphe de Cacheleu-Truffier d’Houdant, épouse de M. le comte de Rosamel, décédée le 28 décembre 1851.

<< Retour a la liste