Erquières

Ce village est situé à l’extrémité du canton, à peu de distance d’Hesdin. M. Terninck a signalé une hache polie en silex noir, longue de seize centimètres, trouvée sur son territoire et à laquelle il donne une origine gauloise.

Description

Ce village est situé à l’extrémité du canton, à peu de distance d’Hesdin. M. Terninck a signalé une hache polie en silex noir, longue de seize centimètres, trouvée sur son territoire et à laquelle il donne une origine gauloise.

En l’année 1202, sous le sceau de Hugues, seigneur de Caumont, lugelran, surnommé Blaris, chevalier, fit don au couvent d’Auchy de toute sa dîme sur Herkuères et Emelinbuch, du consentement de sa femme Emma et de ses fils Robert, Simon et Ourson (Urso). L’évêque Thibaut confirma la donation par lettres sous la même date, où les noms sont ainsi écrits : Herkières et Emelinpuch (Cart. d’Auchy, p. 68 75 77, 100 et 257. Pouillé de l’archid. f° 76.).

Le seigneur du lieu en vendit les droits féodaux au comte d’Artois en 1236. Les habitants obtinrent ensuite un échevinage (Harbaville).

La.terre d’Erquières dépendait de la seigneurie de Caumont appartenant au sieur d’Antoing.

Louis de Erquières était prévôt de Lille, conseiller du roi et de la reine en 1344 (Trésor d’Artois, A. 82).

En 1757, Madame la Maréchale de Duras en était propriétaire (rôle de 20°).

Il existait à Erquières un château fortifié dont on retrouve encore quelques vestiges (communication du maire).

La coutume locale de cette commune fut rédigée en 1507.

Le moulin d’Erquières, situé près de la route d’Hesdin à Auxi-le-Château,est un écart de cette commune.Nous citerons encore, comme dépendances, les bois et ravins du Plouy et du mont Riquet.

<< Retour a la liste