Fortel

Fortel tire son nom d’un fort considérable qui existait dans cette commune; cette position devait être assez redoutable, puis­ que ce lieu était surnommé Fortel le fort au commencement du XIIIè siècle.

Description

Fortel tire son nom d’un fort considérable qui existait dans cette commune; cette position devait être assez redoutable, puis­ que ce lieu était surnommé Fortel le fort au commencement du XIIIè siècle.

La seigneurie appartenait à M. de Bonneval; elle fut vendue en 1715 au comte d’Humbecq (Arch. conseil d’Artois B. 96). La coutume fut rédigée en 1507. Le prieur de Raches figure comme seigneur de la paroisse de Fortel au rôle de 20è de 1757.

Le Pouillé de l’Archid. Dit, (f°64), qu’ily avait un vicaire à Fortel, que cependant le curé y venait tous les dimanches et fêtes et le curé de Ligny, les jours de Pâques et de Noël.

La dîme se prenait à 6 du cent. Le commandeur de Fieffes avait 5 gerbes de 8, excepté sur les fiefs de Hauchy et du Jardin, où il avait 7 gerbes de 8, le surplus était au prieur de Pont-Rémy (Cauchy). A Fortel les décimateurs étaient : le prieur de Ligny pour 3/4, le prieur de Framecourt, celui de Pont-Rémy et le commandeur de Fieffes pour l’autre quart. Une partie de la dîme parait avoir été donnée à la Maison hospitalière de Villers, par Mahieu de Rollepot, en 1233 ; et une autre partie vendue audit hôpital par Andrieu du Gardin, en 1243 (M.Cocheris,ibid.n° 563 ; Cartul. de Fieffés, f° 10 et 11; et n° 564, Reg. cueilloir. Pouillé de l’archid. f° 64). (Darsy, bénéf. de l’égl.du dioc.d’Am).

Ce village est la patrie de Joseph Valart, grammairien et critique, éditeur de beaucoup de livres classiques : né le 25 décembre 1698, il mourut à Fortel le 2 février 1781.

<< Retour a la liste