Frévillers

Un tumulus gaulois et des tombes gallo-romaines ont suffisamment démontré l’ancienneté de Frévillers. Ces tombes exploitées par M. Terninck,consistaient en tubes circulaires de 18 centimètres de diamètre sur 60 de hauteur,formés par des grès bruts et dressés.

Description

Un tumulus gaulois et des tombes gallo-romaines ont suffisamment démontré l’ancienneté de Frévillers. Ces tombes exploitées par M. Terninck,consistaient en tubes circulaires de 18 centimètres de diamètre sur 60 de hauteur,formés par des grès bruts et dressés. Au-fond de ces tubes étaient plusieurs petits vases en terre et en verre; contre ces petits monuments se voyaient des amas de cendres, longs de 2 mètres, larges de 60 cent, et peu épais.

On y trouva quelques vases, et il est probable que.si l’on pouvait creuser en dessous, on rencontrerait les cadavres inhumés.(Terninck, étude sur l’Atrébatie, p. 407).

Le château de Chelers fut construit en 1743 (P. Ignace, Rec. T. 2). Au XIè siècle, Wautier Ier, châtelain, vicomte de Douai, possédait la seigneurie de Frévillers; il donna la moitié de sa terre à la collégiale de Saint-Amé, en 1074. Le défrichement d’un bois,appartenant aux hospices d’Arras, situé à Frévillers, et provenant de l’abbaye de Loos, a fait découvrir des restes de constructions s’étendant sur une grande superficie de terrain. Ce bois faisait partie du domaine de Frévillers. Il fut.vendu en septembre 1276, par Jean, sire du lieu, à l’abbaye de Loos. Cette communauté religieuse y possédait une ferme nommée Rogessart, dont l’emplacement, après sa destruction pendant les guerres du XVIIIè siècle, s’est appelé le vieux Rossart.

Pierre de Frévillers, devant partir pour faire la guerre aux Albigeois, au commencement du XIIè siècle, abandonna quelques dîmes à l’hôtellerie d’Aubigny. (Chron. d’Aub.). Adrien Morel, seigneur de Frévillers était chevalier d’honneur du conseil d’Artois en 1584.

Le village de Frévillers figure parmi ceux qui ont été ravagés pendant les guerres de 1537 à 1554. (Ch. d’Héricourt). Claude de Froissies, écuyer, était seigneur de Frévillers de 1556 à 1589. (Ach. cons. Art. B. 711).

Frévillers était un des fiefs nobles possédés par Messire François Joseph de Beauffort, seigneur de Lassus, du Saulchoy, du Cauroy, de Frévillers etc., etc. Il lui venait de la succession d’Antoinette Adrienne de Mont-St-Eloy, sa mère.

Le sieur Duriez, comte de Willerval, était propriétaire de la terre de Frévillers en 1700.

M. de Mailly-Couronnal hérita de madame la marquise de Monchy une partie considérable du domaine de Frévillers, 1759.

La dîme de ce village appartenait anciennement à l’abbaye du Mont-St-Éloy, au prévôt de la collégiale d’Aire, et à la chapelle de la maladrerie d’Aubigny.

Les habitants entretinrent longtemps un chapelain qui ne pouvait remplir d’autres fonctions curiales que celles qu’il plaisait au curé de Magnicourt de lui permettre. Mais en 1775, la chapelle , dont la construction remontait à 1733, date inscrite au-dessus du portail, et qui était dédiée à Sainte- Anne, fut agrandie et érigée en paroisse dépendante du doyenné de la Comté. Le curé y fut à la portion congrue.

L’église de Frévillers a été vendue nationalement et achetée par une personne qui la rendit au culte en 1802.

A part des armoiries que l’on peut à peine reconnaître au- dessus du portail, cette construction ne présente aucun intérêt archéologique.

<< Retour a la liste