Magnicourt-en Comte

Samson archevêque de Rheims et légat apostolique confirme par ses lettres.de 1158, les possessions du prieuré d’Aubigny et entre autres la dîme de Magnicourt (chron. d’Aubigny).

Description

Samson archevêque de Rheims et légat apostolique confirme par ses lettres.de 1158, les possessions du prieuré d’Aubigny et entre autres la dîme de Magnicourt (chron. d’Aubigny).

La terre de cette commune est mentionnée dans les titres du prieuré d’Aubigny dès le XIIè siècle, 1152,1202.Le lieu dit le champ l’or rappelle, selon M. Terninck, l’époque Gallo-Romaine à Magnicqurt. Le prieur de cette maison acheta, en 1220, la dîme de Magnicourt et de Rocourt, à Hugues Collemont, qui la tenait du sr de Bomy. Nous trouvons le nom d’ Arnould, seigneur de Magnicourt, dans un acte de vente de 30 mesures de terres, faite par sa veuve au même prieuré, en 1230.

Ce domaine fut vendu par Jean de Frévillers, en 1276 (Godefroy, Invent, chron., t.1er ).

Magnicourt relevait du comté de Saint-Pol et ressortissait à quatre juridictions, savoir : la sénéchaussée de Saint-Poll, la gouvernance d’Arras, le bailliage d’Aubigny-le-Comte et le chapitre d’Arras avec quelques mouvances à Rocourt.

La seigneurie de Magnicourt appartenait, au commencement du XVIIè siècle, à la maison d’Ostrel. Achetée le 10 novembre 1648, par Martin d’Ostrel, seigneur de Beauquesnes et de Diéval, elle fut revendue par décret du grand conseil de Malines du 30 octobre 1651, au sir de Melun.

La terre de Magnicourt était échue au sir de Wasservass, seigneur d’Haplincourt, à la mort de son aïeul maternel N. de Béthancourt. Il la vendit, en 1720, à Guy de Sève de Rochechouart, évêque d’Arras. Ce prélat en fit l’acquisition à l’aide des deniers que le roi Louis XIV lui avait fait délivrer à titre de remboursement des terrains qui appartenaient à son évêché, et que ce prince avait pris pour bâtir la citadelle et construire l’esplanade, appelée aujourd’hui « le Jardin du Gouverneur. »

Cette seigneurie était indivise avec une autre que possédait le prieuré d’Aubigny. Il y eut à ce sujet de nombreux procès et contestations, terminés en 1730 par une transaction réglant les droits respectifs de l’évêque, Baglion de la Salle e tdu prieur Damiens.

Nous voyons dans le rôle des 20es de 1757 que la comtesse de Guines était propriétaire d’une partie de la terre et seigneurie de Magnicourt et que M. de Beaulaincourt y possédait 2 fiefs.

En 1639, le maréchal de la Meilleraye vint attaquer le château de Magnicourt où il comptait faire rafraîchir ses troupes.

Cette forteresse était défendue par 200 hommes de garnison qui s’étaient réfugiés dans la tour. Comme ils refusaient de se rendre, le maréchal fit approcher son artillerie et les portes ne tardèrent pas à tomber sous les coups de canon. Le château fut enlevé de force ; les soldats s’emparèrent des meubles que les habitants y avaient apportés comme en lieu sûr. Le commandant de la garnison fut pendu et avec lui plusieurs cavaliers de la garnison de Béthune qui s’y étaient réfugiés.

Le village de Magnicourt forme une vallée traversée par deux ruisseaux qui se rejoignent au hameau d’Houvelin et forment la rivière de la Lawe. Il est environné de bois et bosquets appelés le bois d’Houvelin, le bois sur le Mont, le Bois-Madame, le bois planté et le bosquet Fontaine.

L’église, construite en 1555, fut vendue nationalement et démolie. Elle a été reconstruite en 1825. Cet édifice n’offre rien de remarquable.

Deux hameaux dépendent de Magnicourt en Comté, Houvelin et Rocourt à l’eau.

Houvelin au XIIIè siècle, était tenu du chapitre de Saint-Amé de Douai. Au bout du village, vers la Comté et près du pont sur la Lawe, on remarque une élévation qui porte le nom de Motte du vieux château. Suivant la tradition du pays, les nombreuses fondations que l’on retrouve aux alentours seraient les restes d’un établissement ayant appartenu aux templiers de Haute-Avesnes. Le fief de la Motte a successivement appartenu au duc de Guernonval et au chevalier baron d’Escelbeçk. Philippe de Willebien, sire de Treize, était seigneur d’Houvelin en 1715.

Il y avait autrefois à Houvelin, une chapelle bénéficiale desservie par le curé de Magnicourt.

Rocourt en l’eau, Roillecourt, Rullecourt à l’eau, Raucourt à l’eau, Roucourt en l’eau. Plusieurs, maisons de ce hameau dépendent de Monchy Breton. En 1271, une chapelle fut fondée et dotée

à Roucourt à l’eau par Bauduin, seigneur du lieu, la seigneurie de Rocourt appartenait d’abord aux de Melun, puis au XVIIIè siècle au marquis de Cottes.

<< Retour a la liste