Noyelette-en-Eau

L’origine de Noyelette est romaine comme celle de ses homonimes.

Description

L’origine de Noyelette est romaine comme celle de ses homonimes. Un cimetière de l’époque y a été retrouvé près de la maison de M. Delambre et dans le chemin qui y descend.

En 1050 Beaudoinde Bretagne a vendu au Chapitre d’Arras tous ses alleux de Noyelette-en-1’eau savoir vingt quatre mencaudées, un hommage de sept sous six deniers,quarante-trois sols Parisis de rente, vingt-quatre chapons, deux poules, quatorze pains de trois au boisseau etc. etc. (M. Fanien. Hist. du Chapitre p. 195.)

M. Harbaville, constate que le Chapitre y avait des propriété dès 1183.

Nicolas, de Noyelette, fils du seigneur de ce lieu fût abbé de Saint-Éloi (1364-1388.) Son monastère y possédait le fief seigneurial de Cercamp, les censives et droits seigneuriaux 220 liv (De Cardevacque. Abbaye de Saint-Éloi.)

Plus tard la maison d’Habarcq est en possession de la seigneurie de Noyelette, qui passa par le mariage de Marie d’Habarcq à Gilles de Lens Marie de Lens alliée à Charles comte d’Egmont la lui porte en dot. Elle resta dans la famille car elle est dénombrée en 1775 par Casimir d’Egmont-Pignatelli duc de Gueidres et de Juliers etc (Archives d’Avesnes.)

Comme Manin, Noyelette eut vers 1836 une fabrique de sucre.

Mais l’organisation de ces usines à cette époque leur fut néfaste, et elle dût succomber comme les autres du voisinage.

Noyelettes a toujours été annexe de Lattre. Une chapelle dédiée à Saint-Pierre était desservie par le curé de Lattre qui venait y célébrer l’office divin les dimanches et fêtes. La chapelle a été remplacée au siècle dernier par une Église.

<< Retour a la liste