Quoeux

Des contestations élevées entre les curés de Fontaines et de Quoeux (Keus), sans doute après leur séparation, pour le partage des revenus des deux paroisses, durèrent longtemps et se terminèrent par une transaction sous le sceau de Thibaut.

Description

Des contestations élevées entre les curés de Fontaines et de Quoeux (Keus), sans doute après leur séparation, pour le partage des revenus des deux paroisses, durèrent longtemps et se terminèrent par une transaction sous le sceau de Thibaut, évêque d’Amiens, du mois de février 1201, qui attribua à Hugues, curé de Fontaines, la portion de dîme des anciens jardins et celle des vergers qu’il détenait à tort au lieu et place de la même dîme, de celle des anciens jardins et oblations de Keux, qui lui appartenait de droit, antérieurement.Elle attribua ces derniers droits au curé de Koeux, plus six setiers de blé, à la mesure de Hesding, à prendre sur l’abbaye d’Auchy. De plus, Hugues lui céda de son propre une habitation, la dîme de ses jardins et vergers de Keus et une portion de dîme qu’il détenait à Frosmortier. Cette transaction avait été précédée d’une déclaration de Hugue, seigneur de Caumont, datée du mois d’octobre 1201. Parmi les témoins figurent l’archidiacre de Ponthieu et-un doyen de Labroye (de Arborea) désigné, sous la simple initiale P.(Cartul. d’Auchy, pag. 67 et 74. Darsy, Bénéf. du diocèse d’Amiens).

En 1240, ce village ne formait avec Haut-Maisnil, qu’une même paroisse. Sa coutume locale fut rédigée en 1507. (Harbaville).

La seigneurie appartenait alors à Jehan Blosset, seigneur de Torcy, du Plessis-le-Parc, et de Doudeville.

La chapelle de Saint-Nicolas-de-Rapoy, à Quoeux, était une chapelle castrale, qui fut fondée en 1202 par noble homme Hugue de Caumont, du consentement de Guy, son fils. Il lui donna toute la dîme qu’il avait à Lesin, la dîme et le terrage de Fontaines, la dîme des jardins et une masure avec jardin à Keus, cinq arpents de terre, la dîme de ses viviers de Caumont et des poissons qui étaient péchés au moulin de Auconnai. La présentation se faisait par le seigneur de Caumont à l’abbaye

d’Auchy, et par celle-ci à l’évoque d’Amiens, ainsi qu’il le reconnaît dans le titre du mois de juillet 1255. (Cartul. d’Auchy, pag. 75, 76, 181. Pouillé de 1301). En 1689, il y avait douze ans que l’on ne disait plus la messe dans cette chapelle; un ermite y demeurait. (Pouillé de l’archid., fol. 90).

D’après Le Pouillé de l’Archidiaconé (fol. 90), le prince de Bournonville était seigneur de Quoeux, au XVIIè siècle.

On voit dans le terrier de l’abbaye de Dommartin de 1580, que le fief de Lezin dépendait de Quoeux, et qu’il appartenait en partie, au XVè siècle, au seigneur de Caumont, terre et mouvance du seigneur de Fillièvres, l’autre partie au seigneur de Quoeux ou Keus et qu’il tenait d’un côté au chemin d’Auxi-le-Château et aux terres d’Haravesnes, d’autre au jardin et bois qui menait dudit Quoeux à Montorgueil, venant au long des terres et de la seigneurie d’Ivergny et allant à la terre de Selandre et venant au bois de la Haye de Lezin et au bois de Vaulx. Nous de Dommartin.y prenons décent gerbes ou waras deux et demie. (Cart. Dommartin).

Le camp de Wattines était de cette paroisse ainsi que le Val Lambert qui était alors (1580) à usage de prés, les jardins des Hotteux. Les religieux de Dommartin prenaient un tiers de dîme sur ces divers fiefs, contre le seigneur de Quoeux qui en prenait deux, le prieur de Saint-Georges un tiers et l’abbé d’Auchy, et le curé de Fontaines, l’autre tiers.

M. Coffin figure au rôle des 20è de 1757, comme seigneur de Quoeux ; il y possédait une maison seigneuriale. On retrouve encore de nos jours une grande partie des bâtiments et les fos­sés qui l’entouraient.

Le lieu dit la Plaine des Anglais et l’ancien bois de même nom, rappellent le campement des Anglais en cet endroit, pendant la bataille de Crécy, 26 août 1346.

L’église de Quoeux placée, sous le vocable de Saint-Jacques, dépendait, depuis 1255, de l’abbaye d’Auchy-les-Moines.

Il existe une chapelle, dite Chapelle de la Sainte-Larme, sûr le territoire.

<< Retour a la liste