Rebreuve-sur-Canche

L’abbaye d’Arrouaise avait, en 1124, à Rebreuve, une métairie tenue par des sœurs converses.

Description

Histoire

L’abbaye d’Arrouaise avait, en 1124, à Rebreuve, une métairie tenue par des sœurs converses. En 1137, Milon, évèque de Thérouanne, accorde à Gervais, premier abbé d’Arrouaise, un oratoire et un cimetière dans la paroisse de Rebreuve.

« Nous avons permis, dit-il, que F. Gervais, abbé d’Arrouaise, construisit à Rebreuve, à l’usage des sœurs qui se sont consacrées à Dieu, une maison, une chapelle et une ferme pour y nourrir leurs bestiaux et y cultiver des jardins, de même qu’un cimetière pour la sépulture des frères et des sœurs de son ordre… »

L’autel de l’église de Rebreuve est confirmé en 1162 par le même prélat, à Lambert, 7è abbé d’Arrouaise.

Les terrains où s’était établie la petite colonie étaient des marais incultes et impraticables qu’elle changea totalement de face en relevant les terres, en creusant des fossés d’écoulement et en y créant les fertiles prairies qui font aujourd’hui notre admiration.Le petit monastère et sa ferme se trouvaient dans l’emplacement du château actuel et l’oratoire était à quelque pas sur celui de l’église.

Le seigneur de Rebreuve contribua, en 1137, à. la dotation de l’abbaye de Cercamp qui en est distante de deux bons kilomètres. Jeanne de Châtillon,comtesse de Saint-Pol eut ce village en dot (1376).

Messire Macé de Chareton, tenait de sa femme, Marguerite de Monbertaut, la seigneurie de Rebreuves. Celle-ci, mariée en secondes noces à du Mesnil, aliéna cette terre (370 journels) en faveur de Robert de Framecourt (1425), pour la somme de 580 saluts d’or. Guillaume de Fnamecourt la possédait en 1491. Nous voyons ensuite la famille de Carnin, au lieu des précédents, en 1516, puis celle d’Héricourt en 1566, ensuite les Morel de Tangry Jean V Morel deTangry, fut seigneur de Rebreuve, Ligny, etc.

Il siégea aux États d’Artois et recréanta sa bourgeoisie à Arras, en 1573. Ses armes furent longtemps à une verrière de l’église (d’argent à la face vivrée de sable).

Les familles de Carnin et d’Héricourt revinrent en possession de la terre de Rebreuve, et par une demoiselle d’Héricourt elle passa dans les mains de Marie-François de Bernemicourt marquis de Saluées, en 1738.

François Bouquel de Warlus, acheta de la marquise de Saluée, le domaine vicomtier de Rebreuve et fit construire la château en 1755.

M. Bouquel de la Comté, son neveu, chevalier, ancien capitaine au régiment de Navarre, dernier seigneur de Rebreuve, périt sur l’échafaud révolutionnaire, le 15 avril 1794.

Sa fille reprit possession du domaine en 1798. Il appartient aujourd’hui à la famille de Boffles.

Archéologie

Rebreuve possède une église remarquable.

Sur l’emplacement de la chapelle de l’abbé Gervais, Jean VII de Bethencourt éleva, vers 1550, un édifice plus vaste et plus en rapport avec la population. Un soubassement en damier, des fenêtres gothiques, de beaux modillons et surtout la disposition des contreforts avec leurs colonnettes lui donnent un aspect assez élégant. La colonnette cylindrique occupe le milieu de la face antérieure du contrefort et fait saillie de toute son épaisseur sur un encadrement formé par des filets. Aux trois quarts de sa hauteur, le contrefort est en retrait, mais par un agencement heureux une seconde colonnette semblable à la première remonte avec le contrefort jusqu’à la hauteur de l’entablement.

Entre les contreforts, plusieurs têtes en saillie se détachent de la muraille à la hauteur de deux mètres. Elles ont été mutilées, mais leurs débris dénotent de belles sculptures. Au milieu, un écusson d’armes avec une crosse passée en pal derrière l’écu et la mitre abbatiale confirme l’œuvre du fondateur. Les armes de Bethencourt sont d’argent à la bande de gueules chargés de trois coquilles d’or,

L’église est dédiée à Saint-Vaast, l’abbé d’Arrouaise en a toujours été le collateur. (Pouillé de Boulogne).

Rebreuve, comme toute la partie au-delà de la Canche, était du diocèse de Boulogne.

Une ancienne chapelle dédiée à Notre-Dame se voyait sur son territoire et la contrée en porte encore le nom.

« … Par le même titre de la partition, l’évêque de Boulogne qui a plusieurs teneurs et droits de fiefs audit Rebreuve à cause de sa seigneurie de Thérouanne… » (Pouillé de Boulogne).

Rebreuve eût sa coutume locale en 1507.

HONVAL

Hameau de Rebreuve, il est situé dans un beau vallon au nord de ce village. Pierre de Saint-Pol était seigneur de Honval et de Bretencourt, prévôt de la cité d’Arras, en 1395. (A. de Cardevacque. Bulletin de la commiss. des monuments historiques, t. IV, p. 69).

En 1789, le fief d’Honval possédait une chapelle desservie le dimanche par un carme de Saint-Pol qui recevait trois francs pour prix de son long voyage. C’était peu, mais alors c’était le revenu d’une mesure de terre. La chapelle disparût à la Révolution. Elle appartenait à la famille d’Ousselin

de Loches. Cécile-Elisabeth de Loches était alliée à Varlet, seigneur du Brûle, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, commandant du château de Saint-Omer. (Papiers et dénombrements de la famille Debret).

Les seigneurs d’Hendecourt l’étaient aussi d’Houvigneul et d’Honval. (Rues d’Arras, t. I, p. 263).

<< Retour a la liste