Sainte Austreberthe

On écrit maintenant Sainte-Austreberthe et non plus Sainte- Austretreberte, bien que cette dernière orthographe soit adoptée par la plupart des historiens et notamment par le savant abbé J. Corblet dans l’hagiographie du diocèse d’Amiens.

Description

On écrit maintenant Sainte-Austreberthe et non plus Sainte- Austretreberte, bien que cette dernière orthographe soit adoptée par la plupart des historiens et notamment par le savant abbé J. Corblet dans l’hagiographie du diocèse d’Amiens.

D’après la carte de la Morinie dressée par Malbrancq, Marconne et Sainte-Austreberte formaient déjà deux villages distincts au IXè siècle. Les historiens ne sont pas d’accord sur l’emplacement du monastère qui fut fondé par la fille du comte Badefrid. Était-il sur le territoire de Marconne ou sur celui de Sainte-Austreberte ?

La tradition est favorable à la seconde opinion. Le couvent se serait élevé aux environs de l’église actuelle, où l’on a découvert, en fouillant le sol, des substructions considérables.

Cette église est bâtie sur une motte ou éminence de terre assez semblable à celles qui servaient ordinairement de base aux forteresses du moyen-âge. ( Voir l’art. Marconne.)

L’abbaye de Montreuil présentait à la cure et percevait presque toute la dîme. Les religieux d’Auchy avaient également une branche de dîme. M. Henri Houzel possède un plan de la seigneurie de Sainte-Autreberte, dressé en 1784.

Hameau

Gourguechom. Fief noble dont le nom se retrouve dans les plus anciens titres. Il a longtemps appartenu à la famille Prévost. M. Prévost de Gourguechon est l’auteur anonyme delà chapitromachie.

Lieu-dit

Le fond de saint Georges. Le tout de la ville. Le chemin du Quesnoy. Le camp de saint Pierre. Le Val Vauthier. Le Val Wallart. Le camp de Sainte-Marie. Le liane Treu. Le mont des Colombes. L’enfer.

Archéologie

Le chœur de l’église est une chapelle bâtie au commencement du XIIIè siècle.

A l’entrée du village, sur la route d’Hesdin à Frévent, se voit une ancienne construction qui semble avoir appartenu à l’abbaye.

On lit sur les murailles la date de 1572 avec le monogramme du Christ et le chiffre de la Sainte Vierge.

<< Retour a la liste